Photo B. Caritey

Bonne demi entrée, ciel menaçant, seules quelques gouttes ne venant pas gâcher la fête.

Toros ou toreros, que du français à l’affiche.

2 toros de Gallon. Le second primé d’une vuelta al ruedo.

4 toros de Margé bien présentés et bien armés dans l’ensemble, le cinquième extra.

Photo B. Caritey

Léa Vicens : Salut et deux oreilles

Photo B. Caritey

Juilen Lescarret : Salut et deux oreilles

Juan Leal : une oreille et silence

Lorsque l’on googlise « Lescarret » on obtient comme résultat : Ancien torero.

Cet après-midi, dix années après son retrait, Lescarret a prouvé le contraire, il est toujours torero.

D’abord il a réussi à réenfiler le costume blanc de sa confirmation d’alternative à Madrid il y a plus de quinze ans.

Et puis il a toréé comme s’il n’avait jamais arrêté, finissant par couper « en toute loi » deux oreilles à son second taureau, un joli Margé tigré, doté de belles cornes, après une faena sincère et engagée comme d’habitude, quelques naturelles bien conduites, et conclue par un splendide volapié. A son premier rien à dire, taureau compliqué se retournant trop vite, mal tué.

Mais Lescarret, qui gère en association les arènes de Soustons, est aussi devenu un organisateur hors pair. Pour son retour il a su s’entourer des deux numéros un français actuels, Léa Vicens à cheval et Juan Leal à pied, et il a su faire venir un groupe flamenco de grande qualité qui a contribué au succès de la fête en accompagnant avec justesse et profondeur chaque travail des toreros.

Ce ne fut pas une grande après-midi de Juan Leal, sans doute mal servi au sorteo, bien qu’il ait réussi à couper une oreille à son premier taureau après une estocade fulgurante, mais sans s’être vraiment entendu avec son taureau. Chose qu’il fit avec son second, dans son style, mais là sans estocade.

Lea Vicens quant à elle, réussit à triompher à son second toro (?) récompensé par une vuelta (?) par une série de banderilles posées al quiebro et un art exquis du dressage. Deux oreilles après une épée et un descabello instantané.

Au total donc une corrida de toros comme l’est notre nouvelle assemblée nationale : un peu de tout.

Pour que la fête française soit belle pour tous souhaitons à celle-ci le même succès que notre après-midi soustonnais, cinq oreilles et un matador retrouvé.

EXIR