Mois : juillet 2022 Page 3 sur 16

Les estivales, départ de Dax

Solo de Gines Marin : Un triomphe bien préparé.

Coso de Cuatro Caminos de Santander

Mardi 26 juillet 2022

Gines Marin  , Corail et or.

Six Ă©levages distincts :Domingo Hernandez, Jandilla, Pallares, J P Domecq,Banuelos, El Parralejo.

Au lendemain de la soirĂ©e exagĂ©rĂ©ment triomphale d’hier s’imaginer que sous la houlette de Curro Vasquez , celle de ce jour avec Gines, Marin comme seul espada allait faillirnous ne sommes pas assez naĂŻfs pour cela.

Tout Ă©tait donc huilĂ© , calculĂ©, mesurĂ©, l’ordre des toros, la dimension des cornes, les brindis ou pas, le final au public dont on sut trĂšs vite que ce serait l’apothĂ©ose, dĂ©marrage en premiĂšre sans pousser les rapports, lĂ©gĂšre et progressive accĂ©lĂ©ration en deuxiĂšme et t troisiĂšme, en quatriĂšme, une erreur du puntillero fit sauter l’obtention de la deuxiĂšme oreille, mais finalement le bon Ă©lĂšve , trĂšs bon Ă©lĂšve qu’ est Gines Marin, reconnaissons-le, a pu dĂ©rouler jusqu’à l’ultime opposant, un Parralejo idĂ©al, franc comme l’or .. Enfin tout Ă©tait parfait, tranquille, aisĂ©, presque aussi chic que la Rolls Royce  qui dĂ©posa le jeune maestro aux portes de l’arĂšne.

Il est des moments trop solennisĂ©s qui frisent la faute de goĂ»t quand on n’est ni Jose Tomas, ni Morante, ni Juli, ni mĂȘme Sergio Flores, et surtout pas Roca Rey Ă  qui reviennent ‘de jure’ les initiales de la Rolls Royce, is not it ?

VoilĂ , on s’est ennuyĂ© du premier au troisiĂšme toro, un peu moins ensuite, on a su voir les qualitĂ©s et recours techniques indĂ©niables du jeune maestro, cela ne suffit pas Ă  en faire une figura.

Au total 6 rencontres avec le cheval, rien de renversant !

Ou Ă©tait passĂ©e l’ Ă©motion si consubstantielle de la corrida ?

Poids entre 470et 610 kgs

Aimables de tĂȘte.

Fait notable, le toro de Domecq est allĂ© Ă  mas et a sans doute Ă©tĂ© le plus « transmetteur Â» des six de ce soir.

GinĂ©s Marin tue trĂšs bien, c’est une qualitĂ© primordiale chez un matador !

RĂ©sultat : Ovation au tiers, Oreille, Oreille, Oreille aprĂšs avis, Salut au tiers, Deux Oreilles.

Jean François NeviÚre.

“Luisito”, aprĂšs Orthez: “Solal progresse de jour en jour”

Ludovic Lelong « Luisito Â» est un personnage atypique dans le monde des toros. Originaire de Cherbourg, il a fait une carriĂšre remarquĂ©e comme novillero avant de prendre l’alternative Ă  Bayonne le 16 aoĂ»t 1997 avec “Madriguero” de Los Bayones, parrain Enrique Ponce, tĂ©moin Rivera Ordóñez. Il se retire l’annĂ©e suivante et s’installe Ă  Sanlucar de Barameda « La Mecque des toreros Â». LĂ  il gĂšre successivement la carriĂšre de deux inconnus qui deviendront cĂ©lĂšbres : Pablo Aguado puis Emilio de Justo et enfin il aide Thomas Dufau. Il a choisi dĂ©sormais de « coacher Â» le jeune Solal Calmet, « Solalito Â», qui est s’installĂ© lui aussi Ă  Sanlucar de Barameda et qui bĂ©nĂ©ficie de ses conseils lors de ses entrainements au fameux “Coso del Pino” .  

C’est Ă  l’issue du rĂ©cent succĂšs du jeune nĂźmois Ă  Orthez, deux oreilles d’un toro de Miura, qu’il nous a donnĂ© ses premiĂšres impressions sur son nouvel Ă©lĂšve qui va torĂ©er cet Ă©tĂ© Ă  Beaucaire, Parentis, Soustons, Saint Gilles, Villaseca de la Sagra, Brocas_les-Forges notamment.

Luisito : « Solal progresse de jour en jour : c’est une Ă©vidence !  Il a fait un grand pas Ă  Boujan. Il en fait un nouveau ce matin Ă  Orthez face Ă  une bonne novillada de Miura. C’est une Ă©vidence : il a une carriĂšre Ă  faire. On le voit au jour le jour dans notre relation. Je suis arrivĂ© tard dans sa vie, dans sa carriĂšre. Plusieurs novilladas Ă©taient dĂ©jĂ  faites quand je me suis dĂ©cidĂ© Ă  m’occuper de lui. Il va rentrer dans des novilladas en Espagne. Il a gagnĂ© la cape d’or. Il a tout l’avenir devant lui.

-On l’a vu aujourd’hui trĂšs ferme face Ă  un encierro de Miura. Lui vois-tu une carriĂšre dans ce type de novilladas ?

-Son objectif c’est de devenir bon torero. On va travailler dans cette direction. On travaille dĂ©jĂ  beaucoup ; tous les jours. Comme je l’ai fait avec les autres toreros dont je me suis occupĂ©, j’essaie de donner les bonnes valeurs de la tauromachie et de faire avec chaque personnalitĂ©. Il fera le chemin qu’il devra faire…

 -Quel type d’espoirs mets-tu en lui ?

Je crois qu’il est « capable Â». Je l’ai vu au campo torĂ©er comme les meilleurs. C’est comme les vins il faut leur laisser le temps de se faire. Pour l’instant Solal sort Ă  peine de l’Ɠuf. Il a encore trĂšs peu de novilladas Ă  son actif. On va lui laisser faire du chemin avant de juger.

-L’alternative ?

-C’est encore tĂŽt pour y penser mais je crois qu’en fin de l’annĂ©e prochaine cela pourrait ĂȘtre quelque chose de bien.

Itw. Pierre Vidal

Tienta au Clapas

Santander: vraiment désolé !

On a perdu le sobrero de Juan Pedro

Dans la Cantabrie Ă©taient prĂ©sentĂ©s six toros de Juan Pedro Domecq auxquels s’opposaient trois stars de la tauromachie :

Morante de la Puebla (bleu profond et azabache)

Diego Urdiales (Vert comme d’habitude)

Juan Ortega(Bleu moins chic que d’habitude)

« Un MUST Â» disent-ils ?

Quid ?

Vraiment dĂ©solĂ©, que d’une telle soirĂ©e ne ressortent que ressentiments et propos fatiguĂ©s.

Tous les toros pesaient 500 Kg et d’ñge Ă©gal 4 ans et quelques mois. Tous insipides, tous « sosos Â» . Le seul qui sortait du lot :  le quatriĂšme . Jabonero est un peu plus rĂ©veillĂ© que ses congĂ©nĂšres, pas une terreur pour autant.

Dans les gradins personne n’a tremblĂ©, les oreilles sensibles ont pu apprĂ©cier une musique, plus discrĂšte et plus juste et de bon goĂ»t que  celle qui nous est gĂ©nĂ©ralement imposĂ©e quand pleuvent les « MUSICA Â».

Six toros, six piques miniatures, millimétrées pour que coule le sang du toro et que ce redoutable combattant ne tombe pas tout de suite.

Ne perdons pas votre temps : Trois maestros que se sont ingĂ©niĂ©s Ă  tenir debout leur opposant.

Morante, chance ou gĂ©nie, a su redonner vie Ă  son second toro ; une vraie faena intelligente et sensible, une Ă©pĂ©e parfaite et deux oreilles bien fĂȘtĂ©es ( il Ă©tait temps).

Urdiales : bon suiveur a fait ce qu’il sait faire et avec bonne volontĂ©, deux faenas sans beaucoup de relief, mais la faute en revient aux toros, insipides et sans force.

Juan Ortega : bon au capote, car il a du « geste Â», mais c’est toujours le mĂȘme. Aussi insignifiant que ses adversaires.

Vous voudrez bien comprendre que je suis triste de vous rapporter un tel ressenti. Si je le fais c’est parce que notre tauromachie vaut bien mieux que ça .

Il y a de bons toros.

Il y a de trĂšs bons toreros

Bon courage aux « empresas Â»

Nous ne pourrons soutenir que ce Ă  quoi nous croyons.

Ch. FIGINI

Maurrin

ChĂąteaurenard : 100 ans de corrida

Ecole Taurine d’Arles

PROCHAIN RENDEZ-VOUS À NE PAS MANQUER!

Dans le cadre de son partenariat avec l’ACCM et l’AEFTC, l’Ecole Taurine du Pays d’Arles vous invite ce DIMANCHE 31 JUILLET Ă  11 heures Ă  venir nombreux Ă  la Novillada Sans Picador qu’elle organise aux Corrals du Sonnailler (ArĂšnes Francis Espejo), Ă  Arles en substitution de celle qui aurait dĂ» avoir lieu Ă  Tarascon le 7 juillet et qu’il avait fallu annuler.
Ce sera l’occasion pour Fabien CASTELLANI – qui vient de triompher en Espagne – et le nĂźmois Rafael PONCE DE LEON de montrer la vitalitĂ© de la tauromachie française aux cĂŽtĂ©s d’Ă©lĂšves d’Ă©coles espagnoles comme l’andalou Manuel CASADO et le “castellonense” Javier APARICIO, face aux novillos de Virgile ALEXANDRE (Ganaderia El Campo).
On vous attend nombreux! Une belle journĂ©e taurine en perspective : Sonnailler le matin, Beaucaire l’aprĂšs midi!

Morante et Ortega triomphent Ă  Roquetas de Mar

Plaza de toros de Roquetas de Mar (AlmerĂ­a). Dimanche. TroisiĂšme et derniĂšre de la Feria de Santa Ana. PrĂšs de 3/4 d’entrĂ©e.

Toros de Alcurrucén. 

‱ MORANTE DE LA PUEBLA, deux oreilles et division. 

‱ DANIEL LUQUE, oreille et deux oreilles. 

‱ JUAN ORTEGA, ovation et deux oreilles. 

Santander: Fonseca légÚrement blessé

Santander, dimanche. Novillada ouvrant le cycle des “Cuatro caminos”. Plus de 1/2 arĂšne

Novillos de NĂșñez de Tarifa, de bonne facture et nobles, bien qu’ils aient faiblis Ă  la muleta en gĂ©nĂ©ral. Le meilleur Ă©tait le troisiĂšme.

Despedida de Fonseca comme novillero. Pris Ă  l’aisselle (cornada superficielle de pronostic lĂ©ger), le jeune mexicain a tuĂ© le cinquiĂšme toro avant de passer Ă  l’infirmerie.
‱ VÍCTOR HERNÁNDEZ , oreille et vuelta aprùs deux avis

Isaac Fonseca: ovation et ovation aprĂšs deux avis.

Marco Linares: vuelta al ruedo et ovation

© 2022 Corridasi - Tous droits réservés