Mois : octobre 2022 Page 1 sur 15

Gimeaux

gim31ph

Deux oreilles pour SĂĄnchez Vara, Nino Julian et Miriam Cabas
 

Et une seule pour Ángel Teruel hijo. Les quatre toreros ont quittĂ© la Monumental de Gimeaux sous les applaudissements nourris du nombreux public qui remplissait les gradins malgrĂ© la concurrence de MĂ©janes. Une nouvelle fiesta campera d’automne rĂ©ussie, aidĂ©e par un temps estival.

F.J. SĂĄnchez Vara accueillit le 1er El Campo d’une larga de rodillas qu’il Ă©conomisa au cheval. AprĂšs un excellent tercio de banderilles, le toro s’avĂ©ra d’une trĂšs bonne noblesse, avec plus de classe Ă  gauche, pĂȘchant un peu d’un certain manque de forces. Faena parfaitement ajustĂ©e du torero de Guadalajara, rehaussĂ©e de superbes sĂ©ries de naturelles.

Ángel Teruel, qui effectuait son second paseillo dans le coin, hĂ©rita d’un toro moins Ă©vident, surtout Ă  droite ou il mit Ă  l’épreuve le MadrilĂšne. Insistant sur la corne gauche plus accessible et de bonne composition, il finira par y trouver la bonne Ă©quation en fin de parcours.

Nino Julian, qui dĂ©buta avec les castoreños il y a 15 jours, affichera envie et dĂ©cision, partageant les banderilles avec SĂĄnchez Vara avant de se mettre devant un novillo encastĂ©, tardo et compliquĂ© au vue de son peu d’expĂ©rience, en tirant de courtes mais trĂšs mĂ©ritoires sĂ©ries sur les deux pitons.

Miriam Cabas a confirmĂ© sa position vis-Ă -vis de l’aficion française qui la soutient en s’entendant trĂšs bien avec un excellent becerro de PagĂšs-Mailhan, de bien meilleure maniĂšre de la main droite, concluant d’une entiĂšre en place au 1er essai.

Deux toros de la ganaderĂ­a El Campo, meilleur le 1er, pour

Francisco Javier SĂĄnchez Vara : Deux oreilles

Ángel Teruel hijo: Oreille

Et deux novilllos de PagĂšs-Mailhan pour

Nino Julian : deux oreilles

Miriam Cabas : deux oreilles

Pst : A. Lescot, Luc Tosello actuant aux piques.

Un troisiĂšme toro d’El Campo a Ă©tĂ© tientĂ© Ă  la fin du festejo par SĂĄnchez Vara. De bonne tenue face au cheval, il montra une belle noblesse sur les rives, Virgile Alexandre dĂ©cidant de le garder comme semental


Cette journĂ©e dĂ©buta le matin de la meilleure des façons avec la premiĂšre Ă©pĂ©e pour Andy, jeune Ă©lĂšve de l’Ecole Taurine du Pays d’Arles qui coupera les deux oreilles d’un excellent becerro de PagĂšs-Mailhan honorĂ© d’un tour de piste posthume, Pascal Mailhan Ă©tant invitĂ© Ă  partager la vuelta du jeune becerrista. 

(Texte et photo de Thierry Ripoll) sur torofiesta.com

La Ventas, une année de récupération

Les billetteries Plaza 1 ont vendu 815 886 places en 2022. DonnĂ©es ventes/frĂ©quentation similaires Ă  celles de 2019, derniĂšre annĂ©e de « normalitĂ© ». Au cours de cette saison, plus de billets ont Ă©tĂ© vendus, mais en 67 spectacles, six de plus que dans celle qui vient de se terminer. Par consĂ©quent, Las Ventas retrouve le bon rythme, rĂ©ussissant Ă©galement Ă  dĂ©passer 2019 dans le plein de ‘No Hay Billetes’, avec 12 jours contre 9.

Un autre bon point est le nombre d’abonnĂ©s. Pour la premiĂšre fois dans l’histoire de l’arĂšne, le nombre d’abonnĂ©s Ă  la Feria d’Automne a dĂ©passĂ© celui de San Isidro. Il a Ă©tĂ© possible d’atteindre le chiffre de 15 711, ce qui reprĂ©sente une augmentation de 1 675 par rapport Ă  2019. Des donnĂ©es symboliques de la bonne santĂ© de la tauromachie dans la CommunautĂ© de Madrid, en particulier dans sa capitale.

Les donnĂ©es sur l’augmentation des rĂ©seaux sociaux, consommĂ©s et utilisĂ©s par les fans et le jeune public, sont Ă©galement pertinentes. Le site Plaza1 Las Ventas a enregistrĂ© 2 457 900 visites.

Sur le plan artistique : la  Puerta Grande de Las Ventas s’est ouverte 10 fois: Les novilleros VĂ­ctor HernĂĄndez, Diego GarcĂ­a, Álvaro AlarcĂłn et JosĂ© Fernando Molina; les rejoneadores Lea Vicens et Guillermo Hermoso de Mendoza; et les matadors TomĂĄs Rufo, Ángel TĂ©llez, Roca Rey et Francisco de Manuel. Six ont coupĂ© 2 oreilles: Roca Rey et Francisco de Manuel, les novilleros VĂ­ctor HernĂĄndez, Diego GarcĂ­a et Álvaro AlarcĂłn et le rejoneador Guillermo Hermoso de Mendoza.

Par les torils de Las Ventas sont sortis 394 animaux, 28 comme sobreros. On retiendra les noms de ‘Duplicado’, toro de Victoriano del RĂ­o lidiĂ© dimanche des Rameaux et ‘Embriagado’, novillo de Fuente Ymbro lidiĂ© durant la Feria de San Isidro, 2 vueltas al ruedo. 133 furent ovationnĂ©s Ă  l’arrastre.

Ce sont des données statistiques du Bureau de presse de Plaza1.

Acho, Fernando Roca Rey s’est coupĂ© la coleta

Plaza de toros de Acho (Lima, PĂ©rou). Trois quart d’entrĂ©e.

Toros de las ganaderĂ­as de Roca Rey et La Viña (2Âș, 4Âș et 6Âș).

‱ MANUEL ESCRIBANO, palmas et silence. 

‱ FERNANDO ROCA REY, silence et oreille. 

‱ JESÚS ENRIQUE COLOMBO, oreille et vuelta al ruedo. 

Fernando Roca Rey s’est coupĂ© la coleta au cinquiĂšme.

Le banderillero Fernando GonzĂĄlez ‘El Pato’ s’est coupĂ© la coleta Ă  la fin de la corrida. 

MĂ©janes, mission accomplie

ms30k

JournĂ©e Taurine de la SolidaritĂ© rĂ©ussie sur les bords du VaccarĂšs
DĂ©butĂ©e le matin par un BolsĂ­n dont le vainqueur, dĂ©signĂ© par le public, Ă©tait invitĂ© Ă  participer au festival de la tarde, cette journĂ©e s’est dĂ©roulĂ©e par un temps estival, un peu frisquet toutefois en fin d’exercice.Mais en matinĂ©e, groupĂ©s par deux aprĂšs sorteo pour tienter des vaches de El Campo offrant un jeu divers, chacun passant par alternance avec capote et muleta, six aspirants issus d’écoles taurines ont Ă©voluĂ©, avec Jean-Loup Aillet sur le cheval.

av30h
Andoni Verdejo (Adour Aficion)

af30h
Albin Filhol (Afap)2Ăšme vache :
ch30h
Clément Hargous (CFT)
hc30h
Hugo Casado (Catalunya)3Úme vache : fc30h1
Fabien Castellani (Pays d’Arles)
lt30h
Luis Torrez (BĂ©ziers) 


Au terme de ce tentadero, le public était appelé à voter pour désigner le vainqueur, cette consultation étant en fin de compte favorable à Clément Hargous
bols30h

Tarde. Un millier de personnes environ. Toros dans l’ordre de sortie de Tardieu, Gallon, CuillĂ©, Blohorn, MargĂ©, El Campo, plus le sobrero de PagĂšs-Mailhan. Les exemplaires de CuillĂ© puis Blohorn ont Ă©tĂ© honorĂ©s de la vuelta posthume avec respectivement un tour de piste de Dominique CuillĂ© avec Marc Serrano et du mayoral Patrick Alarcon avec GĂłmez del Pilar.ye30h

Le festival a dĂ©butĂ© avec l’intervention au centre de la piste du comĂ©dien Yannis Ezziadi qui a notamment rappelĂ© Ă  sa façon les enjeux du 24 novembre, comme le fera ensuite le parrain de la manifestation Ruddy Ricciotti, le tout avec Marseillaise et Coupo Santo Ă  la clĂ©.CuauhtĂ©moc Ayala : oreille.Uceda Leal : oreille.Marc Serrano : deux oreilles.GĂłmez del Pilar : deux oreilles et la queue.Lalo de MarĂ­a : deux oreilles.ClĂ©ment Hargous : oreille.Joachim Cadenas : deux oreilles.« Un toro pour un rĂȘve d’enfant », tel Ă©tait le slogan de cette journĂ©e taurine basĂ©e sur la solidaritĂ© Ă  l’intention des enfants malades sĂ©journant dans les services de pĂ©diatrie des hĂŽpitaux d’Arles et de NĂźmes. Avec Ruddy Ricciotti pour parrain, Stanislas Blohorn pour la dĂ©coration artistique de la plaza, Yannis Ezziadi pour le discours d’ouverture, comme mentionnĂ© plus haut, et Gilles Raoux Ă  la prĂ©sidence, ce festival s’est dĂ©roulĂ© dans un excellent esprit, comme il sied Ă  ce genre de manifestation

ca30h

CuauhtĂ©moc Ayala Ă©tait venu de loin pour ouvrir ce festival. DĂ©jĂ  vu Ă  Lunel l’étĂ© dernier, le Mexicain afficha sa volontĂ© de se montrer spectaculaire. Il se fit applaudir sur plusieurs passages, bien qu’inĂ©gaux, relevĂ©s notamment par une pose Ă  deux mains, parvenant en outre Ă  transmettre son enthousiasme aux tendidos. Deux rejons.
ul30h

JosĂ© Ignacio Uceda Leal prit un pupille cinqueño des frĂšres Gallon qui s’employa lors d’un capoteo stylĂ©. Une pique puis faena agrĂ©able comprenant, face Ă  un toro juste de forces mais noble, plusieurs mouvements remarquables Ă  gauche, pour de somptueuses naturelles donnĂ©es une par une, le MadrilĂšne parvenant Ă  mieux lier sur l’autre rive. EntiĂšre tendida aprĂšs pinchazo puis descabello.

ms30h
Marc Serrano se signala par un accueil suave en se ployant, le CuillĂ© soulevant quelques planches au passage. AprĂšs un puyazo de Jean-Loup, il partagea les palos avec le raseteur Belkacem Benhammou et GĂłmez del Pilar, avec ovation au trio. Marc se lança ensuite dans une faena brindĂ©e Ă  Ruddy Riciotti comprenant des tandas bien rythmĂ©es sur les deux ailes, son opposant Ă©talant d’évidentes qualitĂ©s et aprĂšs entiĂšre au second envoi, il allait ĂȘtre gratifiĂ© d ’une vuelta chaleureusement fĂȘtĂ©e.
gdp30h

GĂłmez del Pilar enchaina avec un castaño de Blohorn face auquel il allait rĂ©galer l’assistance par une torerĂ­a remarquablement interprĂ©tĂ©e, alternant classicisme et passages plus allĂšgres, toujours en soignant le geste, comme sur son entame arrodillada aprĂšs brindis Ă  l’auditoire.gdp30k
De la bien belle ouvrage aprÚs entiÚre au second coup, le MadrilÚne coupant le rabo de cette tarde bien agréable à suivre. Mouchoir bleu pour son adversaire.ldm30h

Lalo de MarĂ­a confirma ensuite, devant un MargĂ© accueilli par quatre largas, d’excellentes dispositions artistiques. Une personnalitĂ© qui s’affirme de course en course et qui montre bien qu’il est tout autre chose qu’un « fils de » ! Ce dimanche, il a visiblement convaincu l’auditoire lors d’un trasteo comprenant de bons enchainements, avec une Ă©vidente joie de torĂ©er. EntiĂšre aprĂšs pinchazo.
ch30k
ClĂ©ment Hargous est venu complĂ©ter le cartel grĂące Ă  sa premiĂšre place du BolsĂ­n matinal et il s’attacha, malgrĂ© les difficultĂ©s opposĂ©es par un El Campo compliquĂ© qui l’accrocha sans mal, Ă  afficher aprĂšs une volontĂ© manifeste de donner le change. Banderilles posĂ©es notamment par Manuel Fuentes et Thomas Ubeda puis brindis Ă  Marc Serrano, Sans pouvoir totalement dominer, ClĂ©ment sut rester digne et c’était dĂ©jĂ  pas mal. EntiĂšre au second envoi puis oreille rĂ©compensant son effort
.jc30h

Mais le coup de sifflet final n’avait pas encore retenti lorsque la nuit commençait Ă  tomber, avec un ressenti d’humiditĂ© provenant du VaccarĂšs qui jouxte la plaza du domaine Paul Ricard. En effet, on vit alors s’approcher une tenue blanche, avec JC dans le dos, comme Joachim Cadenas, l’as du crochet qui venait de participer Ă  une course camarguaise Ă  quelques encablures de lĂ , plus prĂ©cisĂ©ment Ă  Saint-Gilles, en fĂȘte lors de ce dernier week-end d’octobre. Il ne faut pas croire pour autant que Joachim venait faire lĂ  de la figuration, et comme on a pu le constater en dĂ©but d’annĂ©e lors des festivals de Fourques et Saint-Laurent, il possĂšde de remarquables dispositions qui une nouvelle fois ont sĂ©duit le conclave. A son tour, aprĂšs des banderilles posĂ©es par son tourneur Miralles, le raseteur Benhammou, ainsi que Chico Leal, sa dĂ©monstration muletera provoqua un soutien aussi sonore que mĂ©ritĂ©. EntiĂšre trasera.
mej30x
A la sortie, les commentaires abondaient dans le mĂȘme sens, cette journĂ©e de solidaritĂ© a Ă©tĂ© Ă  l’évidence un succĂšs. Mission accomplie, et de la meilleure des façons

Paul Hermé torofiesta.com

David Habib: “Vous n’ĂȘtes qu’un hypocrite M. Aymeric Caron”

RĂ©action du dĂ©putĂ© PS du BĂ©arn David Habib sur twitter Ă  la lecture de la seconde mouture du projet d’Aymeric Caron:

Vous n’ĂȘtes qu’un hypocrite Monsieur “@CaronAymericoff. Vous avez retirĂ© de la 2Ăšme version de votre PPL l’interdiction des combats de coqs Ă  la demande expresse de vos collĂšgues LFI du Nord ! C’est vrai, vous n’ĂȘtes pas dans la posture mais dans l’imposture !”

Voilà une position courageuse du député béarnais David Habib qui a toujours été déterminé et trÚs clair. Il sera un de nos meilleurs alliés dans cette derniÚre ligne droite.

CAZALLA DE LA SIERRA

Six  novillos de Manuel Angel MILLARES bien présentés tous de jeu intéressant primé de la vuelta al ruedo le quatriÚme bons les premiers et sixiÚmes pour :

Marcos LINARES une oreille aprĂšs avis et deux oreilles aprĂšs avis

Diego BASTOS deux oreilles et deux oreilles

Carlos FERNANDEZ DE LA PUEBLA  une oreille et une oreille apres avis

Avant de parler des actuation des toreros un petit mot de leurs costumes. Nous connaissions le classique traje de luces inventĂ© par PAQUIRO  directement inspirĂ© des uniformes chamarrĂ©s des officiers français qu’il croisait dans son enfance Ă  CHICLANA costume qu’il crea en mĂȘme temps qu’il iniciait les rĂ©gles de la corrida moderne. Nous sommes aussi habituĂ©s au costume goyesque qui correspond lui aussi Ă  ce dĂ©but du XIX Ăšme siĂ©cle reprĂ©sentĂ© par GOYA dans ses gravures tauromachiques. Une nouvelle mode semble apparaitre qui elle n’a rien Ă  voir avec la tauromachie telle que nous la connaisons puisque, aussi bien du temps de Magellan que de la bataille de LĂ©pante, la tauromachie n’avait que peu Ă  voir avec ce que nous connaissons de nos jours et pourtant que ce soit pour les magelanesques de SANLUCAR ou les lepantesques  de Valencia on nous invente des costumes qui frĂŽlent au ridicule la novillada de ce soir poursuit dans cette ligne avec un grimage façon dixhuitiĂšme siĂšcle tant pour les acteurs principaux que pour la prĂ©sidence et mĂȘme une partie du public. Mais bon trĂȘve de plaisanterie et passons au purement taurin.

Marco LINARES touche un premier tres bon novillo du nom de siciliano plein de fougue de bravoure et de noblesse Le novillero l’entreprend par veroniques templĂ©es et chiculina terminant par une douce demi. A la muleta, le novillo serre un peu plus Ă  gauche qu’Ă  droite mais les sĂ©ries sont liĂ©es les passes templĂ©es la lenteur est de mise. Tres belle faena de LINARES qui signe ce soir sa vingtiĂšme novillada piquĂ©e. la faena se termine par une sĂ©rie de manolĂ©tinas et d’aidĂ©es par le haut toujours dans le temple. une entiĂšre aprĂ©s deux pinchazo profond  permet au jene homme de couper un pavillon pendant que son adversaire est ovationnĂ©.

Son second adversaire le surprend par un violent coup de tĂȘte en milieu de vĂ©ronique le novillo est fort et pourchasse Marco desarmĂ© mais le calme revient vite et la suerte de capote reprend par chicuelinas. La pique est bonne prise de loin en brave en poussant fort. LINARES brinde Ă  sa cuadrilla. Le novillo exprime toute sa bravoure et sa noblesse dans la muleta de Marco qui dĂ©roule une tauromachie templĂ©e est ralentie semant les perles de quelques adornos L’Ă©pĂ©e entiere mais contraire est un peu longue d’effet mais le public conquis rĂ©clame et obtient les deux oreilles et la vuelta al ruedo pour le novillo

Diego BASTOS a certainement touché les deux toros les plus compliqués de la soirée. Quoique que jeune encore à ce niveau, il a su démontrer toute son envie et sa volonté et surtout montrer une main gauche trés prométeuse.
A son premier un peu desordonnĂ© il s’adapte au rytme de l’animal surtout par naturelle sa main de predilection Ă  la quelle il revient pour solutioner tous les problĂ©mes il montre beaucoup de fermetĂ© face Ă  un adversaire qui rechigne un peu avant un final parfait, enfin  pas tout Ă  fait l’Ă©pĂ©e est tres vilaine tombĂ©e et en avant la faĂ©na ne mĂ©ritait pas cette fin. Le public ne semble avoir rien vu et rĂ©clame et obtient les deux oreilles.

DĂ©s les premier lance de capote son deuxiĂšme apparait trĂ©s complique il refuse de sortir de la passe est devient tres colant.La pique est lĂ©gĂ©re et Bastos donne un beau quite par chicuelina. A la muleta le toro proteste d’entrĂ©e de jeu les retours sont trĂ©s rapides et Diego use de bons recours pour Ă©chapper au danger. Ici encore sa main gauche lui permet de rĂ©gler peu Ă  peu les problĂšmes. Long temps on ne sut lequel des deux protagonistes allait ceder, novillo et novillero paraissent aussi tĂȘtus l’un que l’autre mais l’envie de BASTOS finit par prendre le dessus et le novillo rend les armes en filant vers les planches. Un pinchazo et une entiĂšre portĂ©e la rage au ventre en finissent avec ce combat et Diego promĂ©ne deux oreilles bien mĂ©ritĂ©es.

Carlos FERNANDEZ DE LA PUEBLA  se presentait en novillada piquĂ©e une Ă©tape imortante pour un novillero, surtout avec un apodo pareil et apres la soirĂ©e triomphale de l’autre de la PUEBLA, leGrand . Son premier novillo, un quasi toro, sort magnifique il l’accueille par de bonnes vĂ©roniques en gagnant du terrain. Malheuresement tout s’effondre par la faute d’une tres viliane pique tombĂ©e bas sur l’Ă©paule et longue, beaucoup trop longue, et dure beaucoup trop dure, sortie fermĂ©e. C’est un invalide qui arrive Ă  la muleta. Le novillo s’agenouille Ă  chaque sortie de passe ou presque. Carlos se rĂ©sout Ă  prendre l’Ă©pĂ©e un pinchazo et un trois quart d’acier en place mette fin Ă  l’aventure La prĂ©sidence concĂ©de une oreille rĂ©clamĂ©e plus Ă  cris qu’Ă  mouchoirs par une minoritĂ© particuliĂšrement bruyante.

Son second superbement prĂ©sentĂ© et armĂ© vient bien dans le capote et rĂ©pĂšte.Il prend une bonne pique et une seconde Ă  la sortie du piquero. A noter un beau quite par vĂ©ronique de Marco LINARES qui profite des tres bonne disposition du novillo qui rĂ©pond au nom de “triste” ce qu’il est loin d’ĂȘtre. Le nouveau de la Puebla touche un toro de luxe et en profite. Mais, et c’est normal, il est bien vert et se laisse parfois un peu dĂ©border par la bravoure et la noblesse de son adversaire. Sa faena est toutefois agrĂ©able et lui permet de prendre confiance. Confiance qu’il perdra un peu pour la suerte suprĂȘme deux pinchazos et deux tiers de lame un peu de travers. Il entendra un avis avant que le novillo ne plie les genoux et une nouvelle oreille lui permet de rejoindre ses compagnons de cartel pour une sortie triomphale.

Jean Dupin

Honneur aux fondateurs de l’Ă©cole municipale de tauromachie de JEREZ 

Jose Luis Camara et Rfaael Valenzuela

A une semaine d’intervale, l’aficion Jerezana se retrouvait Ă  la bodega Fernandez GAO, cette fois pour honorer les fondateurs de l’Ă©cole taurine de Jerez.
La reception Ă©tait organisĂ©e par l’association des Anciens Ă©lĂšves et en prĂ©ambule, son PrĂ©sident Benito Carral, rappelait toutes les valeurs inculquĂ©es par l’Ă©cole,  le respect dans le sacrifice le travail et l’effort pour la dĂ©fence de la culture. En suivant, le maestro Jose Luis SANCHEZ  CAMARA rappelait comment en avril 1986 il avait convaincu le maire de JEREZ d’ouvrir cette Ă©cole municipale, la plus ancienne d’Andalousie, pour permettre aux jeunes dĂ©sirant s’orienter vers les professions du toreo de le faire dans les meilleures conditions. En trente six ans des centaines d’Ă©lĂšves ont frĂ©quentĂ© l’Ă©cole de Jerez, parmis eux sont sortis 17 matadors de toros le dernier en date Cristobal REYES a pris son alternative l’an dernier. Issus de ses rangs on compte aussi de nombreux banderilleros et mozos d’espada qui ont pu vivre de leurs passion. Ceux qui n’ont pas fait carriĂšre ont conservĂ© toutes les valeur enseignĂ©es par leurs maĂźtres. L’Ă©motion Ă©tait palpable au fur et Ă  mesure de l’Ă©vocations de leurs souvenirs par les anciens cadres de l’Ă©cole et surtout Ă  l’Ă©vocation des disparus.

Aujour d’hui, l’Ă©cole est fermĂ©e par dĂ©cision politique de la majoritĂ© municipale PSOE – PODEMOS mais les ferments de la rĂ©ouverture sont en place grace surtout Ă  l’action de la FONDATION CULTURA TAURINA  et au dĂ©vouement de son inlassable prĂ©sident Rafael VALENZUELA qui prend la suite de son pĂšre lui aussi ancien cadre de l’institution.

Souhaitons que vite l’Ecole Municipale de Tauromachie de JEREZ puisse reprendre ses activitĂ©s et poursuivre la formation des nombreux jeunes jĂ©rĂ©zanos qui dĂ©sirent se frotter au monde des toros.

Jean Dupin

Le Cailar, manade Vinuesa

Vamos Ă  Rion de Landes !

Retour rĂ©ussi de l’Acoso y Derribo aux Saintes

Joselito qui a gagné le concours et Juan Bautista (Photo Gergory Boyer)

Marco Perez sur le sable des Saintes (photo Gregory Boyer).

Clemente Ă©tait lui aussi de la fĂȘte, avant sa venue prochaine Ă  Rion

Acoso y derribo sur le sable (Photo Daniel Chicot).

Grand succĂšs populaire pour le retour de cette belle manifestation: plus de 4000 spectateurs sur place samedi.

https://videos.toromedia.com/videos/embed/2467e75c-416b-43e1-8294-666ca0625321

Page 1 sur 15

© 2022 Corridasi - Tous droits réservés